Dossier
Réforme des retraites

Note sur les critiques du graphique de Libération [14/01/2023]


Le graphique de Libération et ses mises à jour, notamment celle que j'ai partagée le 6 janvier, ont suscité de nombreuses réactions. Parmi les quelques critiques, l'une mérite une discussion particulière : certains affirment que les 5% les plus pauvres ne sont pas concernés par la question de l'âge légal de départ à la retraite, puisque la plupart d'entre eux ne travailleraient pas.

C'est vrai et faux, c'est surtout plus compliqué, et un graphique, bien entendu, n'est destiné qu'à résumer des informations. Parmi ces 5%, beaucoup ne travaillent pas, et beaucoup aussi ont des emplois précaires et/ou travaillent en indépendants. Mais surtout, l'une des principales difficultés est la suivante : "on ne sait pas bien (en tout cas l’étude ne le dit pas), combien de personnes vivent toute leur vie parmi les 5% les plus modestes (en revenu). Une part conséquente des personnes connaît dans sa vie des phases de grande pauvreté et des phases plus favorables, de telle sorte qu’on ne sait pas si 1%, 2% ou 5% des personnes restent toute leur vie parmi les 5% les plus modestes", comme le souligne Michaël Zemmour.

Mais cela ne signifie pas que les gens qui passent par la tranche des 5% les plus pauvres ne sont pas concernés par la retraite. Parmi ceux qui passent une partie de leur vie dans cette tranche et une autre partie de leur vie dans les tranches du dessus (5 à 10%, 10 à 15%...), une proportion très importante, mais que que les données ne permettent pas d'évaluer précisément, sera non seulement concernée par une mortalité relativement jeune, mais aussi par des carrières à trous et ne bénéficiera pas du minimum à 1200 euros. Ceux qui n'auront pas accumulé suffisamment d'annuités devront continuer à rechercher ou occuper des emplois autant que possible jusqu’à 67 ans et seront donc d'autant plus souvent concernés par la mort avant la retraite.

C'est pour clarifier les choses et donner moins de prise à ce problème complexe que j'ai proposé ci-dessous le second graphique, qui :
- couvre les 20% les plus pauvres, tranche plus large et donc dans laquelle bien plus de gens restent de façon stable toute leur vie ;
- montre les enjeux de chaque année de recul de l'âge légal de départ en retraite
.

Part des personnes décédées par âge et niveau de vie aux différents âges envisagés de départ à la retraite [09/01/2023]


Reprenant l'idée de départ de Libération, le visuel publié le 6 janvier ne concernait que les 5% les plus riches et les 5% les plus pauvres de la population masculine, et ne présentait que l'option de la retraite à 65 ans. Nous proposons ici un graphique couvrant un plus grand nombre de situations.
Les données détaillées sont ici.

Un tiers des plus pauvres morts à 65 ans [06/01/2023]


Cela faisait longtemps que l'on espérait voir dans la presse une version "65 ans" de ce fameux graphique... Nous avons fini par la faire.

On passe donc d'un quart des plus pauvres morts à 62 ans (graphique originel de Libération) à presque un tiers morts à 65 ans.
Les données détaillées sont ici.

Le graphique d'origine, paru en décembre 2021 dans Libération est ci-dessous :